Face au réchauffement climatique, l’UE veut limiter, strictement, les émissions de CO2

Publié le : 29 mars 20215 mins de lecture

Le Parlement européen à Strasbourg souhaite imposer des valeurs de CO2 plus strictes aux constructeurs automobiles, et ce dans l’objectif protéger l’atmosphère et de réduire l’impact de l’activité humaine sur la planète. Après tout, les voitures sont considérées comme des vecteurs de CO2. Mais il y a des « émetteurs » beaucoup plus importantes, comme les bateaux de croisière. Néanmoins, l’UE a – une fois de plus – jeté son dévolu sur les voitures. De 2021 à 2030, les constructeurs automobiles doivent réduire les émissions des nouvelles voitures de 37,5 %. Les véhicules utilitaires légers doivent, également, émettre 31 % de CO2 en moins.

Pourquoi l’Allemagne est contre des valeurs plus strictes ?

Dès 2025 – c’est-à-dire dans six ans – les nouvelles voitures devront émettre 15 % de moins. Bien que les différents pays doivent encore se mettre d’accord sur ces valeurs, il s’agit d’une formalité. Ce que l’UE prescrit, c’est le droit. Les États doivent suivre le mouvement. Néanmoins, l’Allemagne voulait faire passer des valeurs moins strictes. Il n’est pas, donc,  étonnant que l’industrie automobile soit considérée comme l’un des plus gros employeurs d’Allemagne. Il est, donc, logique qu’ils veuillent protéger leurs principaux employeurs. Mais l’Allemagne a été mise en minorité. Les États ont tous visé une réduction inférieure de 35 % en moyenne. L’UE, en revanche, voulait même 40 %. Le chiffre de 37,5 % est donc, un compromis.

Quelles sont les limites concrètes de CO2 applicables ?

Le fait est qu’avec les nouvelles valeurs, l’UE veut atteindre ses objectifs climatiques. D’ailleurs, d’ici 2021, 95 grammes de CO2 par kilomètre sont autorisés à être émis par l’ensemble du parc automobile d’un constructeur en moyenne. Une réduction supplémentaire de 37,5 % de cette valeur se traduirait par une valeur inférieure à 60 g/km en 2030. Une utopie ? Pour le moment, je suppose que oui. Car en 2019, la moyenne européenne sera encore de 118,5 g/km. Les constructeurs automobiles devraient, donc, réduire mes émissions de plus de 20 g/km au cours des deux prochaines années seulement. Après tout, ils devraient les réduire de moitié d’ici 2030.

Comment les constructeurs automobiles peuvent-ils atteindre les valeurs de CO2 ?

L’Allemagne a même beaucoup plus à labourer. En mars 2019, la KBA a fait état d’émissions moyennes de CO2 de 156,7 g/km. C’est un sacré paquet de bois, je peux vous le dire. Il n’est donc pas étonnant que l’Allemagne, en particulier, ait voulu des limites moins strictes. Mais, pas parce que les fabricants allemands sont trop stupides. C’est parce qu’ils fabriquent principalement des voitures « grosses », les SUV et autres. Regardez la gamme de produits de BMW, Mercedes, Audi ou Porsche. Ou même Opel et Volkswagen. De plus en plus de SUV. Parce que c’est ce que veut l’acheteur. Pour Fiat, c’est plus facile. Des voitures petites et compactes, peu de SUV. Il est ainsi plus facile d’atteindre les limites, mais ce n’est pas encore une certitude. En Allemagne, la tendance est à la hausse plutôt qu’à la baisse.

Alors comment les constructeurs automobiles peuvent-ils réellement atteindre les futures limites ? BUND et les Verts ont la réponse : les voitures électriques. Cependant, BUND et les Verts ne tiennent pas compte du fait qu’avec le mix électrique actuel produit du CO2 ; même si ce n’est pas localement dans la ville. Ce n’est qu’avec de l’électricité verte, c’est-à-dire provenant du vent, de l’eau et du soleil, que les électriciens sont réellement exempts de CO2.

Pourquoi les hybrides sont une imposture ?

Les hybrides sont encore plus un paquet de tricheurs. Ne vous laissez pas avoir par les mensonges du fabricant. Une BMW X5 qui, en tant qu’hybride rechargeable, n’émet que 49 grammes de CO2 ? Oubliez cela. La super valeur s’applique aux 100 premiers kilomètres, car le PHEV peut parcourir jusqu’à 80 km de manière purement électrique. Mais ensuite, la batterie s’épuise, la consommation et les émissions de CO2 explosent pratiquement. D’autant plus que l’hybride signifie plus de poids, ce qui est, maintenant, complètement superflu. Surtout sur l’autoroute. Les valeurs officielles ne s’appliquent, donc, que lorsque la batterie est pleine. Sinon, non.

Que se passe-t-il si les fabricants n’atteignent pas les valeurs limites ?

La question reste de savoir ce qui se passe si les fabricants ne respectent pas les exigences de l’UE. Réponse : Dans ce cas, des amendes sont dues, en millions. En fin de compte, c’est vous, l’acheteur, qui payez la facture. Pas l’UE. D’autant plus que de nombreux modèles plus petits (et donc moins chers) vont probablement disparaître du marché, car il n’est pas économiquement viable de les rendre encore plus propres avec une technologie coûteuse. Ou qui serait beaucoup trop cher en tant qu’électricien. Il se pourrait, donc, qu’une voiture soit un luxe dans 20 ans…

Plan du site