Scandale du diesel, interdiction de conduire et droit à l’air pur

Publié le : 29 mars 20215 mins de lecture

Les véhicules diesel font toujours la une des journaux. Une magazine a rapporté qu’après la mise à jour du logiciel, il y a toujours des dispositifs d’arrêt illégaux dans les véhicules VW. Il n’y a donc pas de signe de la fin de l’alerte. D’autres interdictions de circuler ont été annoncées.

Début septembre, le tribunal régional a ordonné à Volkswagen AG de rembourser à un plaignant la majeure partie du prix d’achat de sa VW et de reprendre la voiture. Bien que la mise à jour du logiciel ait été installée sur la voiture du plaignant, le tribunal considère toujours que le véhicule est illégal. En effet, les objectifs du règlement, à savoir l’amélioration de la qualité de l’air et le maintien des niveaux de pollution atmosphérique, ne seraient pas atteints même après la mise à jour du logiciel, et leur seraient même diamétralement opposés.

Le droit à un air pur

Dans les États membres de l’Union européenne, il est en principe possible d’exiger le « droit à un air pur ». Les personnes concernées ont la possibilité de faire valoir ce droit s’il est prouvé que la qualité de l’air sur le lieu de travail ou dans leur environnement de vie privé direct est nuisible à la santé. Afin de maintenir la qualité de l’air, des valeurs limites sont appliquées, qui ne doivent pas être dépassées.

Décision de base sur les interdictions de conduire

En février 2018, la Cour administrative fédérale a statué dans une décision historique que des interdictions de conduire peuvent être imposées pour améliorer l’air dans les villes allemandes. Si les stations de mesure montrent que les valeurs limites pour les oxydes d’azote sont dépassées, les tribunaux administratifs compétents peuvent décider si une interdiction de conduire doit être imposée.

Les associations environnementales sont également autorisées à poursuivre

Le Tribunal administratif fédéral a également statué que non seulement les personnes physiques mais aussi les associations environnementales ont le droit de plaider en justice pour une meilleure qualité de l’air. L’aide allemande à l’environnement (DUH) a ensuite poursuivi de nombreuses villes en justice et a exigé que les plans d’assainissement de l’air soient respectés ou révisés. Le terme peu pratique de « plan air pur » décrit un catalogue de mesures visant à garantir un meilleur air dans les villes respectives.

Les autorités locales ont leurs devoirs en vue

Ces dernières années, les villes défenderesses n’ont pas été inactives. Ils ont développé des stratégies pour réduire le trafic ou le rendre plus respectueux de l’environnement. Dans de nombreux endroits, par exemple, les services de transport local et le réseau de pistes cyclables ont été étendus et les services de vélo et de covoiturage ont été encouragés. Afin de réduire la circulation individuelle, les responsables ont récemment commencé à réfléchir à la gestion des places de parking et à l’interdiction de circuler dans les centres-villes.

Néanmoins, il reste encore du chemin à parcourir pour respecter les limites d’émission. Dans certaines villes, les niveaux d’oxyde d’azote restent trop élevés.

Le dernier recours est l’interdiction de conduire

Ainsi, lorsque les valeurs limites sont dépassées et que les gens sont donc exposés à un risque plus élevé pour la santé, la conséquence annoncée est l’imposition d’interdictions de conduire. Les interdictions de circuler devraient intervenir en octobre (état : 31.08.2019).

Les interdictions de conduire varient dans leur étendue. Par exemple, ils peuvent avoir été délivrés pour l’ensemble de la zone ou ne s’appliquer qu’à des rues ou des sections de rues individuelles. Il existe également différentes restrictions dans les villes concernant les classes d’émission. La carte suivante donne un aperçu des interdictions de circuler existantes et des endroits où des interdictions de circuler ont été annoncées :

Nous renouvelons régulièrement notre flotte et utilisons de plus en plus de moteurs à essence depuis 2016. Pour cette raison, nos véhicules – à quelques exceptions près – ne sont pas concernés par les interdictions de circuler. La carte montre qu’actuellement, seule une ville de Cambio est interdite de circulation.

Conclusion

Afin d’améliorer l’air dans les villes, il est important de rendre les services de transport public local et le réseau de pistes cyclables plus attrayants. Pour la majorité des trajets quotidiens, la bicyclette et les transports publics sont les moyens de transport de choix.

De plus, les constructeurs automobiles doivent être tenus pleinement responsables des émissions polluantes de leurs voitures. Les valeurs limites doivent être respectées. En outre, les véhicules les plus nuisibles au climat doivent être rendus plus chers qu’auparavant grâce à une formule correspondante de taxe sur les véhicules. Les recettes devraient être directement affectées à l’expansion des transports publics locaux et du réseau de pistes cyclables.

Plan du site