Pourquoi faut il se méfier de la nature environnement ?

nature environnement

Publié le : 24 décembre 20195 mins de lecture

La nature a beaucoup de secrets et si elle nous livre les uns, elle nous en cache d’autres. L’homme qui a réussi à déchiffrer la plupart de ses énigmes, reste parfois impuissant devant sa grandeur et ses secousses violentes. Protéger l’environnement ne signifie pas qu’on sera à l’abri des dangers, c’est tout simplement les minimiser. La nature a toujours de quoi nous impressionner tant avec sa beauté, que par sa force et son caractère invincible.  Voila pourquoi la méfiance doit s’imposer à son égard.

Qu’est- ce qu’on par le terme nature ?

Le mot nature est un terme qui plusieurs significations : la nature humaine, l’étendu d’un espace en pleine nature, les phénomènes de la nature. Mais dès qu’on associe le mot à l’environnement, on se penchera sur tous les phénomènes de la nature que ce soit pour une description scientifique, littéraire ou picturale. Le terme a aussi fait l’objet d’études chez les philosophes comme JJ Rousseau et Hobbes… Le sujet est également au cœur des problématiques des écrits mythologiques, mais d’une manière tout à fait différente parce que la nature humaines s’est toujours montrée impuissantes devant  « la volonté des Dieux ».

À lire en complément : Jusqu’où peut-on aller dans le militantisme écologique ?

Les forces de la nature qui peuvent menacer la survie

Inondation, ouragan, tremblement de terre, éruptions volcaniques, la planète terre est victime de terribles catastrophes. De nos jours les catastrophes naturelles sont devenues plus fréquentes et sont de plus en plus destructrices. Les images terribles que nous ont présentées les chaines de télévision et les journaux, nous montrent à quel point la nature est redoutable : de nombreuses victimes et les dégâts matériels considérables dans le tsunami dans l’océan pacifique (26 décembre 2004), inondations à La Nouvelle Orléans (ouragan Katrina, aout 2005), tremblements de terre au Pakistan (8 octobre 2005) ou à l’Île de Java (2006), tempête en France du 26 décembre 1999, glissements de terrain aux Philippines (17 février 2006), au Mexique, au Vénézuela, etc…

Outre ces cataclysmes violents qui font la une des journaux, d’autres phénomènes passent inaperçus dans le grand public parce qu’ils se trouvent hors des zones d’habitation dense et font beaucoup moins de dégâts: tremblements de terre, inondations, tornades, éruptions volcaniques, etc. Chaque jour, la terre est parcourue de séismes petits ou gros, et balayée par les orages et les vents. Pour s’en rendre compte, il faut consulter les organismes spécialisés, tels que les Instituts de surveillance ou de recherche (par exemple, pour les séismes, le service universitaire Incorporated Research Institutions for Seismology aux États-Unis ou le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen- EMSC).

Le changement climatique est ses effets

On parle aujourd’hui du phénomène de changement ou dérèglement climatique. On le reconnait quand les saisons ne présentent plus leurs caractéristiques habituelles. On est alors confronté à des records climatiques, « trop chaud ou trop froid », abondance de pluie ou sécheresse, violence des vents et présence de tornades là où elles n’existaient pas.

L’homme qui pensait être capable d’imposer sa volonté et ses désirs à la nature avec sa technologie, il est aujourd’hui incapable de l’affronter et vivre sans en subir les conséquences néfastes.

L’homme s’est conduit comme un mari violent qui impose à sa femme tous ses désirs, sans tenir compte qu’elle est un être sensible, qu’elle a besoin d’être écoutée et respectée et le voila récolter ce qu’il a semé. Il utilise à sa guise des produits chimiques et non recyclables, pesticides ainsi que des pollueurs dont les impacts sont très nocifs sur la santé de l’environnement comme la destruction de la biodiversité ou encore le changement de la qualité de l’air. Son égoïsme ne s’arrête pas là mais il  continue à  épuiser les ressources naturelles du globe terrestre malgré toutes les compagnes de sensibilisation et de mobilisation. Toutes les tentatives de réparation s’avèrent vaines devant les ravages de l’homme : le gaspillage de l’eau, l’épuisement des ressources, la déforestation…

Devant ces forces naturelles gigantesques qui nous dépassent, nous nous sentons petits et faibles.

Les changements climatiques sont le résultat de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre qui auront des conséquences multiples et difficiles à cerner comme les modifications, aux échelles régionale et planétaire, de la température, des précipitations et d’autres variables du climat. Cela peut se traduire par des changements mondiaux dans l’humidité du sol, par une élévation du niveau moyen de la mer et par la perspective d’épisodes plus graves de fortes chaleurs, d’inondations, de sécheresses…

Plan du site