GaiaMag

Le bonus-malus écologique, du gagnant gagnant sur tous les niveaux !

Instauré dans le but de réduire les pollutions émises par les automobiles, le bonus écologique consiste à faire offrir des avantages financiers aux personnes achetant des voitures avec moins de taux d’émission de CO2. Contrairement à cela, le malus écologique est une taxe supplémentaire à payer pour les propriétaires d’autos les plus polluantes à l’exemple des berlines ou des 4×4.

 Le dispositif bonus écologique, comment ça marche ?

Issue du Grenelle de l’environnement, dans le cadre de la préservation de l’écosystème, le bonus malus ecologique a été mis en place en 2008. Au fil de ces années, il a en effet su prouvé son efficacité, car il a permis de réduire les émissions de CO2 des voitures neuves de 12 % en deux ans.

La gestion du système est confiée aux concessionnaires lors de l’immatriculation du véhicule à la Préfecture. D’ailleurs, les taux de bonus écologique et de malus écologique sont déjà affichés à la vue de l’acheteur lors de sa visite pour son acquisition. L’aide à l’acquisition va alors être calculée selon le taux d’émission de CO2 de la voiture ecologique en question.

La taxe malus écologique

Contrairement au bonus écologique qui récompense les acheteurs optant pour des voitures écologiques, le malus écologique lui pénalise ceux qui choisissent d’acheter des voitures avec une émission de CO2 élevée. En effet, la majoration du prix d’achat du véhicule varie de 150 à 8 000 euros selon le modèle.

Par contre, l’aide financière pour l’acquisition d’une voiture peu polluante peut atteindre jusqu’à 6 300 euros.

Un dispositif profitable à tout le monde

Pour ce qui est de véhicules carburant au gaz ou à l’électricité, un bonus spécifique est accordé à ces voitures dites hybrides. Elles bénéficient d’ailleurs d’une aide financière au même titre que les véhicules essence électrique et diesel-électrique. En réalité, l’objectif du bonus-malus écologique est d’encourager le consommateur à choisir des voitures à faible émission de CO2, mais également de privilégier les constructeurs à favoriser la production de voitures moins polluantes.

Pour accélérer le renouveau des parcs de voitures diesel anciennes, une prime, à la conversion ou à la destruction des véhicules les plus polluants, allant de 10 000 à 3 500 euros sera versée pour l’acquisition d’un véhicule électrique ou la location durant 2 ans. Pour le cas des contribuables non imposables à l’impôt sur le revenu, le montant de l’aide financière sera de 500 euros.

Quitter la version mobile